Manquer de fonds en entrepreneuriat : un pouvoir selon le shark Daymond John

5 mars 2020 6 min de lecture
Manquer de fonds en entrepreneuriat : un pouvoir selon le shark Daymond John

En entrepreneuriat, l’argent est indispensable à la création de votre startup. De plus, manquer de fonds fait partie des dix principaux facteurs d’échec en tant qu’entrepreneur. Comme tout novice dans le monde des affaires, vous estimez que votre situation financière vous limite sérieusement. Devez-vous pour autant renoncer à votre ambition? Si vous parvenez à amasser le montant nécessaire au démarrage de votre entreprise, est-ce pour autant qu’elle va prospérer?

Daymond John, un des investisseurs de l’émission populaire Shark Tank, a mentionné que le fait d’être en manque de fonds peut constituer un avantage.  En fait, selon lui, la prospérité d’une entreprise dépend plus de la capacité à innover que de l’accessibilité à des sources de financement. Entrepreneur en série américain, lui-même parti de rien, fondateur de la marque FUBU, il est aujourd’hui à la tête d’un empire qui vaut 300 millions USD.

Démarrez votre entreprise avec la Jeune Chambre de Commerce Haïtienne

Tirés de son bestseller The power of broke,  voici ses conseils en matière de financement.

Manquer des fonds : Faites avec les moyens du bord

Dans son livre, Daymond évoque les risques liés à un surplus de fonds ou de financement.

Manquer des fonds : l’histoire de Steve Aoki

Pour illustrer sa théorie, il partage l’exemple de Steve Aoki. D’origine japonaise, Steve est le fils d’un chef d’entreprise prospère, à la tête d’une chaîne de restaurants. Il veut faire de la musique son métier principal, seulement voilà. Il n’obtient ni le soutien moral, ni le soutien financier de son père. Son objectif sera dès lors, de prouver qu’il s’en sortira, même sans la fortune de ce dernier. Pour cela, il prend des risques énormes. À seulement 19 ans, il fonde sa propre maison de production Dim Mak, avec l’aide de 2 amis, qui investissent chacun 400 USD.

Il se retrouve très vite avec une dette de près de 90 000 USD, et se voit contraint d’utiliser une dizaine de cartes de crédit pour rester à flot. Créatif et débrouillard, il se lance dans l’organisation de fêtes et d’événements musicaux, dont il est le principal animateur-DJ. Ces soirées commencent à devenir populaires, et finissent par lui donner de la notoriété. De cette façon, il parvient à générer du profit pour le financement de son entreprise Dim Mak.

Aujourd’hui, Steve Aoki est considéré comme étant l’un des artistes les plus rentables en Amérique du Nord, dont la valeur nette est estimée à 75 millions USD. À bien y réfléchir, l’absence de soutien financier de son père a clairement contribué à ce que Steve ne tombe pas dans le piège de l’over funding.

Manquer des fonds : l’histoire de Christopher Gray

Daymond partage également  l’exemple de Christopher Gray, développeur de Scholly, une application à succès qui facilite la gestion et l’accès aux bourses étudiantes.  Christopher, étant lui-même étudiant à la recherche d’aide financière, identifie le problème des étudiants à trouver des bourses d’études.

Avant de rechercher du financement, il se débrouille pour tester son produit (ici l’application)  auprès de son réseau. Après plusieurs mois, il s’aperçoit de son efficacité et des retours positifs. En effet, les étudiants téléchargent et utilisent son application. C’est seulement à ce stade qu’il décide de rechercher du financement externe, fonds qu’il réussit à acquérir lors de sa participation à l’émission Shark Tank.

Aujourd’hui, Gray se retrouve à la tête de son entreprise. Il et est reconnu comme étant l’étudiant ayant réussi à amasser, tenez-vous bien,  1,3 million USD de bourses. Il n’est pas arrivé à ce stade par hasard. De plus, Il lui a fallu plusieurs années de recherches pour concrétiser son projet.

‘’ Out in the ocean, a shark doesn’t attack unless it knows its prey; here an land, a shark needs the same mix of insights, instincts, and information to keep out in front. And a shark needs to know that there’s nothing new under the sun. (…)So part of doing your homework means appreciating the history of your idea, your market, and your competition.’’

Manquer de fonds, dans la phase de démarrage, est une opportunité

Quand on est littéralement sans-le-sou, un shark vous dira que tous les moyens sont bons pour promouvoir un service ou un produit. On peut ainsi voir la précarité comme étant une situation indésirable, ou au contraire comme étant une occasion de développer sa débrouillardise.

Manquez de fonds - Hustle

L’univers du Street Style

Avant que sa marque ne le rende populaire, Daymond John travaillait comme serveur au Red Lobster. Il raconte dans son livre comment son désir d’autonomie financière et sa passion pour l’univers du street style lui ont permis de rester motivé, en dépit de la précarité du milieu dans lequel il a grandi.  En mettant à profit la machine à coudre de sa mère ainsi que leur maison en guise d’entrepôt et avec seulement 40$ en poche, il conçoit ses premiers modèles inspirés du milieu urbain.

Sa mère qui l’a toujours poussé à se dépasser, décide d’hypothéquer leur maison pour en obtenir 100 000 USD de fonds de démarrage. Les ventes décollent mais restent modestes.  Daymond trouve alors une idée. Il lance une campagne de promotion inédite, en demandant à l’artiste LL Cool J de porter une casquette FUBU dans un de ses clips. Non seulement, le rappeur accepte mais il intègre les paroles ‘’ For Us By Us ‘’ dans la vidéo (la signification de l’acronyme FUBU). La technique fonctionne et la visibilité est énorme. En l’espace de quelques années, FUBU réussit à se faire une place dans l’industrie de la vente au détail. La compagnie a généré depuis sa création en 1992, près de 6 milliards USD de ventes dans plus de 5000 magasins.

‘’ Own it, love it, live it…and you can find a way to make it work.’’

Manquer des fonds : l’histoire de Moziah Bridges

Le parcours de Moziah Bridges, partagé par Daymond, illustre également les avantages du manque de fonds. Le jeune homme a tout juste 11 ans quand il se lance en affaires avec le soutien de sa mère. Élevé dans un quartier défavorisé, il se distingue très tôt de ses camarades par sa personnalité et par son allure. Pour le jeune homme, l’élégance semble faire partie intégrante de son caractère. Il affectionne particulièrement les nœuds papillons et en porte même les jours d’école. Constatant sa difficulté à trouver un modèle à son goût, il décide de confectionner lui-même ses propres noeuds papillons. Un jour, en le voyant porté un de ses modèles, un ami lui passe une commande personnalisée. En échange d’un sac de chips, Moziah accepte et réalise sa première vente. Dès lors, son enthousiasme grandit.  Aidé de sa grand-mère, il souhaite sérieusement monétariser ce qui, au départ n’est qu’un hobby.

Grâce à sa personnalité et à son élégance, le jeune homme commence à se faire connaître dans sa communauté. Un jour, un producteur pour l’émission The Steve harvey Show entend parler de lui, et l’invite à présenter son produit à la télévision. Parti quasiment de zéro, son aventure entrepreneuriale commence sur les chapeaux de roues grâce à cette visibilité . Plus tard, Moziah participera à l’émission Shark Tank, et réussira à négocier une entente de mentorat avec Daymond John.

Cette histoire nous démontre qu’on peut très bien démarrer une entreprise en embauchant les proches. D’un autre côté, pour commencer les opérations commerciales, il n’est pas nécessaire de recourir à des ressources matérielles coûteuses. En phase de démarrage, le garage en guise d’entrepôt, ou la machine à coudre familiale, suffisent amplement.

Manquer de fonds : Trouvez l’équilibre du cashflow

À l’issue de cette lecture, s’il y a un conseil que vous devez retenir de Daymond John c’est celui de trouver l’équilibre du cashflow.  Il ne s’agit pas de bannir la recherche de financement dans votre parcours entrepreneurial. Il s’agit plutôt de faire  progresser votre entreprise de façon méthodique, sans brûler des étapes importantes.

Pour commencer, assurez-vous toujours de tester votre produit ou votre service au préalable, en vous servant uniquement des ressources disponibles. À l’issue de cette étape, vous serez en mesure de savoir si oui ou non, vous avez eu une bonne idée de créer votre produit. Cette phase peut durer longtemps, comme dans l’exemple de Christopher Gray. Elle peut aussi être assez vite comme dans le parcours de Moziah Bridges. À ce stade, le seul fond dont vous avez besoin provient de l’autofinancement, soit de l’argent de vos poches, ou s’il le faut, de vos proches. Le piège à éviter serait d’utiliser plus qu’il n’en faut.

Une fois votre produit testé, vous aurez la volonté d’augmenter la capacité de production. C’est là que le financement est nécessaire pour l’acquisition de nouveaux actifs et de nouvelles ressources.

Rejoindre la conversation

Super! Ensuite, passez à la caisse complète pour un accès complet à JCCH Blog .
Bienvenue à nouveau! Vous vous êtes connecté avec succès.
Vous vous êtes abonné avec succès à JCCH Blog .
Succès! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tous les contenus.
Succès! Vos informations de facturation ont été mises à jour.
Votre facturation n'a pas été mise à jour.